Cramer les voitures: le nouveau sport national

Rédigé par Minurne 1 commentaire
Classé dans : Gazette, Editorial Minurne Mots clés : Minurne

Comme nous l’évoquions sur la dernière lettre d’information, il était probable qu’une certaine catégorie d’individus désoeuvrés (pourtant considérés comme des « chances pour la France ») allaient tenter de battre le record des véhicules incendiés à l’occasion de la Saint Sylvestre. On prévoyait même que l’improbable Castaner ferait profil bas et pourrait aller jusqu’à se féliciter de la « baisse du nombre d’exactions commises par rapport à l’année dernière »…
Banco ! La violence se fait bel et bien de plus en plus forte ; rien qu’à Strasbourg, ce sont même 220 voitures qui ont brûlé dans la nuit. Mais aussi dans la banlieue parisienne, à Montélimar, à Limoges, à Toulouse, partout en France…
Le monde entier est au courant (voir la réaction du président Trump qui n’a pas raté l’occasion de tacler avec mépris celui qu’il considère – à juste titre – comme un minable). Seuls les français n’ont pas eu droit à l’information, pour les deux raisons habituelles dignes d’un pays déjà tombé dans la dictature douce : d’abord ne pas effrayer le chaland, ensuite (et surtout) ne pas « stigmatiser » les allogènes.
Ci-dessous le coup de gueule bien envoyé de Julien Havasi, membre du CNRE, représentant Grand-Est du SIEL.

MLS
2 janvier 2019

 

Issus de la « diversité », ils sont rapidement devenus en France les meilleurs dans le football, le cinéma, la musique, les métiers de bouche, l’artisanat, la main d’œuvre ouvrière, l’élection de Miss France, le journalisme, la littérature, la philosophie, la médecine, l’enseignement… Sans aucune propagande ni aucun soutien, sans même la volonté de manipuler l’opinion publique, sans encouragements du Grand Remplacement pour les mariages mixtes et le métissage. Ces individus qui, chez eux, sont incapables de fabriquer une capsule de bière étanche sont chez nous des héros, des génies, des modèles, des prophètes.

Comme quoi, il suffisait tout simplement de leur rendre ce qu’on leur a volé en Afrique pour qu’ils nous surpassent : du pétrole…
Grâce à leur quête permanente du progressisme social et à leur perfectionnisme, on peut aujourd’hui en déduire que l’évolution de l’homme est en réalité une boucle infinie, un circuit fermé. En effet, il semblerait qu’une fois arrivé à saturation de son développement et de ses compétences, on revienne aux premiers jours de la civilisation.

C‘est ainsi que sont justifiés les milliers d’incendies de voitures en France à chaque changement d’année. Si prompts à imiter leur prophète désigné modèle universel et intemporel de vie et de pensée, ils pillent nos villes comme jadis Mahomet pillait les villages ; comme lui, ils tuent les hommes non-convertis ou les persécutent par amusement, violent les femmes des autres communautés, maltraitent leur descendance et s’accaparent leurs biens, pour finir par mettre le feu aux territoires conquis.

Ce sont en fait des dizaines de milliers de Mahomet qui mettent la France à feu et à sang. Nous avons la chance et l’immense honneur de voir simultanément plusieurs prophètes tout droit envoyés depuis les cieux dans l’exercice de leur sport favori : cramer des bagnoles…

La culture est l’héritage d’une civilisation, ses traditions sont les célébrations de son histoire.
Nous avons à faire à des individus qui reproduisent continuellement leurs traditions parce qu’elles correspondent à leur culture. Détruire un territoire et le bien d’autrui, pour eux, est un signe de conquête et de victoire, une signature qui les remplit d’un sentiment de domination avant de se diriger vers d’autres conquêtes et de nouveaux génocides.

Comme Édouard Philippe, vous pensiez que ce phénomène était l’œuvre de quelques imbéciles, conséquence du racisme en France, qu’il allait s’atténuer avec le temps et au fil des générations par « l’assimilation » du modèle Français, que les nouveaux étrangers déportés dans nos banlieues allaient adopter eux aussi notre modèle de société à l’instar des membres de leur communauté ?
Vous aviez tout faux !!!

Non seulement ils n’adhèrent pas à notre culture mais de plus ils développent et vivent celle de leur civilisation pour mieux nous combattre. Au fil du différentiel de  croissance démographique, le communautarisme se renforce, l’enfermement identitaire devient l’arme de nos allogènes.
Plus vous en ferez entrer, plus nous aurons de problèmes et le record de voitures brûlées cette année en témoigne, tout comme le prochain score confirmera cette logique.

Il n’y a que 3 voies possibles, face aux périls migratoires :

  • céder, s’incliner et leur donner le pouvoir,
  • résister au prix d’une confrontation physique qui aura des dommages auprès des plus vulnérables,
  • attaquer les premiers en appliquant une politique de Rapatriement…

Julien Havasi
Membre du CNRE
Secrétaire Général du SIEL
2 janvier 2019

1 commentaire

#1  - chardon a dit :

Il y a certes le péril migratoire, mais il y a aussi tous ces individus natifs sur le sol français et qui n'ont aucune envie des se contenir dans un moule républicain et qui sont aussi nocifs que les migrants.
Alors, il existe une quatrième voie que les républicains ont mis eux-mêmes en oeuvre à la fin du XIXème siècle en 1885 "La relégation". peine, qui a été abolie en 1953. Pourquoi ne pas la réactiver ?

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot imcq ?

Fil RSS des commentaires de cet article