Prenez deux minutes pour signer, vous aussi, notre Manifeste pour la liberté d'expression

Rédigé par Presse Aucun commentaire
Classé dans : Gazette, Pétitions Mots clés : Presse

S'il vous plaît, prenez deux minutes pour signer, vous aussi, notre Manifeste pour la liberté d'expression. C'est très important.
Merci d'avance.
L'équipe de Boulevard Voltaire

Madame, Monsieur,

De nouveau, c'est la curée !

Eric Zemmour ouvre la bouche. Il ose parler d'immigration, d'islam. La toile s'enflamme…

Le pays de la bien-pensance est à feu et à sang et réclame sa tête. Qu'ils finiront sans doute par avoir.

Oh, personne ne sera guillotiné, bien sûr.

Dans ce système de "signalement" systématique de toute parole qui n'est pas dans le droit fil de la bien-pensance, les petits juges auto-proclamés se contentent de condamner leur adversaire à la mort médiatique, au silence, à l'opprobre, à la mort sociale. Une enquête est ouverte contre Eric Zemmour, viré de RTL, et pourchassé, dans d'autres médias, par des appels à boycott..

Mais ce qui meurt assurément, c'est la liberté d'expression.

Et si vous et tous ceux qui sont conscients qu'il est urgent de la défendre n'agissez pas aujourd'hui même, elle disparaîtra inéxorablement…

… Et avec elle, le droit d'émettre une opinion qui n'a pas pour but de plaire à tout le monde, qui peut – et Dieu sait qu'Eric Zemmour en est coutumier – être excessive, pessimiste, abrupte…

… mais qui a pour but de poser de vraies questions, d'interpeller les citoyens pour qu'ils puissent eux-aussi dire ce qu'ils en pensent.

Toute notre sympathie et notre soutien vont ces jours-ci à Eric Zemmour et à son courage. Le courage de ne pas se coucher, de ne pas "la fermer" comme tant d'autres finissent par se résoudre à le faire tant il est difficile d'être dans l'affrontement permanent aussi haineux, aussi violent, et dans toutes les affres qui vont avec – procédures judiciaires comprises.

 A la rédaction, nous avons hésité. Faut-il, comme nous l'avons fait par le passé, lancer une pétition de soutien à Eric Zemmour, à nouveau lynché pour son allocution à la Convention de la droite ?

Non. Ce n'est pas suffisant.

Ce que nous vous proposons, aujourd'hui, ce n'est pas une pétition de soutien à Eric Zemmour, c'est d'aider Boulevard voltaire à développer de manière phénoménale l'espace de liberté d'expression que nous avons créé ensemble et de lancer un gigantesque mouvement de soutien à la liberté d'expression en France.

Il ne s'agit pas de soutenir tel ou tel. De soutenir une chapelle ou une autre. Là n'est pas le propos.

Non, il s'agit de soutenir le droit – pourtant énoncé dans l'article 11 de la Déclaration des Droits de l'Homme, ce texte auquel ceux qui s'insurgent contre Eric Zemmour aiment tant se référer - le droit imprescriptible à la liberté d'opinion et d'expression.

Il est insupportable, et surtout extrêmement dangereux, qu'on soit poursuivi et condamné aujourd'hui, en France, pour énoncer simplement un fait qui, lui, n'est pas contesté. Mais qui, de par sa simple formulation, serait prétendument une incitation à la haine, raciale ou autre…

Pour avoir simplement décrit la réalité - "Dans une classe du centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Évidemment, que c’est un problème. Il y a des seuils de tolérance…" – le fondateur de Reporters Sans Frontières et de notre site d'information Boulevard Voltaire, Robert Ménard, a été attaqué par sept associations (la Licra, le Mrap, la Ligue des Droits de l'homme, SOS racisme…), condamné pour "provocation à la discrimination et à la haine " et a dû se débattre durant deux ans de procédure, pour être définitivement relaxé par la Cour de cassation.

C'est le propre même des dictatures de ne plus pouvoir dire les choses telles qu'elles sont.

Comment combattre une chose qu'on n'a même plus le droit de nommer ?

Comment résoudre un problème qu'on n'a même plus le droit d'énoncer ?

L'arrogance, la toute-puissance du camp de la bien-pensance est telle que rien ne les arrêtera, si ce n'est une résistance phénoménale, prodigieuse, à travers toute la France.

Et, surtout, venant non pas de personnes encartées dans tel ou tel parti politique, simplement de citoyens désireux de défendre les droits fondamentaux de notre démocratie.

La seule façon de les stopper, c'est de leur montrer que des dizaines et des centaines de milliers, et nous l'espérons même des millions de personnes ont décidé de dire STOP !

En signant le Manifeste pour la liberté d'expression, nous vous demandons de faire un acte très fort :

Dire que vous refusez de courber l'échine, d'être condamné au silence, ou de voir condamner au silence et à l'opprobre des personnalités, journalistes ou autres, qui peuvent par leur analyses, apporter des solutions à ce que vous considérez – et c'est votre droit – comme des problèmes pour votre pays.

On laisse des militants décrocher le portrait du Président de la République et la justice les relaxe, au motif que le gouvernement français ne prendrait pas de mesure suffisante pour lutter contre le réchauffement climatique... Mais il est pratiquement interdit de parler, débattre, ou émettre la moindre opinion sur des sujets tout aussi important pour l'avenir de notre pays : la transformation de notre société du fait de l'immigration, en partie musulmane.

Enfin, si… On a le droit d'en parler. Mais uniquement pour en dire du bien.

Aujourd'hui, c'est l'immigration et l'islam.

Demain, ce sera peut-être le fait de consommer de la viande ou de rouler en voiture, ou encore de considérer que c'est une chose indispensable pour un enfant d'avoir un père et une mère.

Car, au même titre qu'on est taxé aujourd'hui de "xénophobie" ou "d'islamophobie", vous serez taxé "d'homophobie", de "cyclophobie" et de… "veganophobie".

Et vous verrez le pays que vous aimez, les paysages que vous aimez, la langue de vous aimez, la nourriture que vous aimez, le mode de vie que vous aimez, disparaître irrémédiablement, sans même avoir le droit de le déplorer.

Laisserez-vous tous ces censeurs qui se gargarisent du mot démocratie pour mieux la nier, faire régner la terreur et gagner par KO ?

Aujourd'hui, vous avez le pouvoir de dire STOP !

S'il vous plaît, signez le Manifeste pour la liberté d'expression.

Et après l'avoir signé, transférez ce message à tous vos amis, pour leur demander de se joindre à ce grand mouvement salutaire pour la liberté d'expression et pour notre pays.

C'est extrêmement important.

Si chaque citoyen désireux de préserver la liberté d'expression arrive à faire signer 5, 10 ou 20 personnes autour de lui, nous pourrons constituer une force de résistance gigantesque qui empêchera les censeurs de la bien-pensance,  ces harceleurs, de se comporter en terrain conquis.

Il sera alors de nouveau envisageable de libérer la parole. Lors d'un déjeuner entre amis, collègues ou en famille. Sur les plateaux télé et dans colonnes de la presse. Durant les débats politiques.

Il sera alors de nouveau envisageable d'obtenir un débat d'idées loyal, sans lequel notre pays va droit dans le mur.

Signez le manifeste et transférez le plus largement possible ce message.

Librement,

L'équipe de Boulevard Voltaire

Écrire un commentaire

Quelle est la deuxième lettre du mot dxuve ?

Fil RSS des commentaires de cet article