Des pompiers de Mayotte refusent de sécuriser l'avion de Macron, après les violences de Paris

Rédigé par Presse 3 commentaires
Classé dans : Gazette, Presse Mots clés : aucun

Mécontents de la façon dont leurs collègues ont été traités par les autorités lors de leur manifestation à Paris, des sapeurs-pompiers de Mayotte refusent d'assurer la sécurité incendie de l'avion présidentiel, attendu sur l'île.

Une partie des sapeurs-pompiers semble ne pas avoir digéré les tirs de «bombes lacrymogènes» et de «lanceurs de balle de défense» essuyés par leurs collègues lors de leur manifestation du 15 octobre à Paris.

Alors que le président de la République doit se rendre sur l'Ile de Mayotte le 22 octobre, le Syndicat National des Sapeurs-Pompiers Professionnels (SNSPP-PATS) local a déclaré dès le 18 octobre que la sécurité incendie de l'avion présidentiel ne serait pas assurée lors de son atterrissage. 

 

SNSPP-PATS@SNSPP_PATS

Le président de la république quitte l’@Elysee pour Mayotte. Pourra-t-il atterrir pour serrer la main de M. le @Prefet976 ?

Voir l'image sur Twitter

224

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

201 personnes parlent à ce sujet

Les sapeurs-pompiers de Mayotte font ainsi valoir leur droit de retrait «une heure avant l’atterrissage et jusqu'à quinze minutes après l'arrêt complet des moteurs» de l’aéronef présidentiel. Outre les violences perpétrées à l'encontre de leurs collègues par les forces de l'ordre, le syndicat de pompiers fait valoir que la piste sur laquelle l’avion doit atterrir est trop courte et doit être allongée. 

Ironique, le communiqué précise que les forces de l'ordre peuvent s’acquitter de cette besogne à la place des pompiers en «lançant des capsules de lacrymogène sur les oiseaux» présents sur la piste. 

Les violences survenues le 15 octobre ont suscité un vif émoi sur les réseaux sociaux, jusque dans les rangs des forces de l'ordre. 

«Les collègues sont honteux d'avoir reçu des ordres aussi minables. Tous ensemble derrière la même bannière. Servir», avait notamment tweeté la section CRS du syndicat Unsa-Police. 

De son côté, la Préfecture de police de Paris a dénoncé les violences «inacceptables de certains manifestants». 

Lire aussi : Manifestation des pompiers à Paris : hospitalisé, un pompier adjudant-chef risque de perdre son œil

France

3 commentaires

#1  - acantari a dit :

excellente réaction des Pompiers de Mayotte.
tous ces gens qui servent la nation vont-ils enfin faire bloc pour rester "larme au pied" lorsque l’oligarchie en place donnera des ordres contraires à l éthique et la déontologie!!

" SERVIR NE VEUT PAS DIRE ASSERVIT!!"

Répondre
#2  - Guibor a dit :

Formidable message envoyé à tous ceux qui n'ont plus d'âme et plus rien dans leur pantalon.
Chapeau bas Messieurs, belle leçon de droiture, une qualité que ne connaissent pas ministres et président de France.
Plus ils sont hauts perchés, plus bas sont leurs coeurs !!

Répondre
#3  - robert a dit :

Bravo à ces pompiers. Il semblerait que les policiers qui ont si pitoyablement agi le 16 juillet 1942 à Paris aient eu de la descendance. Heureusement, tous ne sont pas comme cela, mais certains doivent avoir du mal à se regarder le matin.

Répondre

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot agmd ?

Fil RSS des commentaires de cet article